Psycho Physio et fibro

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

La fibromyalgie n’est pas uniquement un problème physique, ni uniquement un problème psychologique. C’est un problème d’ordre psychophysiologique. Deux dimensions sont donc intimement associées dans la problématique de la fibromyalgie : le corps et l’esprit. Voici des explications simplifiées qui aideront à comprendre pourquoi la démarche Psycho Physio réussit à guérir, dans la majorité des cas, la fibromyalgie.

Les scientifiques ont longtemps cru que c’était le cerveau (avec ses mécanismes neuronaux, synaptiques et endocriniens) qui causait ou produisait les émotions. Or, tous les travaux dans les diverses branches des neurosciences nous font voir maintenant que c’est plutôt l’inverse : ce sont les émotions qui conditionnent les interconnexions du cerveau.

MODÈLE NEUROLOGIQUE

Que se passe-t-il au niveau PHYSIQUE ?

Les principes de neurobiologie et, de façon particulière, la croissance du cerveau nous expliquent de quelle manière l’anatomie du système nerveux est formée. Ils nous permettent surtout d’expliquer les mécanismes qui relient la physiologie et la psychologie et comment survient la maladie.

Au cours de sa croissance, le cerveau d’un individu passe par trois étapes (G.M. Edelman, prix Nobel de médecine en 1972) :

1re étape : Développement

Il y a tout d’abord une interconnection sélective des neurones pour former des circuits neuronaux. C’est un processus normal où le cerveau assimile les expériences pour le bon fonctionnement du corps. Chaque groupe neuronal a une fonction particulière et est en lien direct avec le vécu de la personne.

Exemple : le langage, la motricité, etc.

2e étape : Expériences

Le développement des circuits neuronaux peut être affecté par les traumatismes et/ou les expériences particulièrement stressantes* qui provoquent la formation de centres de tensions distincts. On les appelle les « cartes neurologiques » selon l’appellation de G.M. Edelman.

 *Nos observations démontrent que les cartes neurologiques sont souvent créées par des expériences qui nous semblent anodines aujourd’hui mais qui ne l’étaient pas au moment où elles ont été vécues.

3e étape : Renforcement

La répétition des expériences stressantes confère une spécialisation à chacune des cartes neurologiques. Chaque personne conservera donc une façon bien à elle de gérer les différentes situations émotives. Cette répétition d’expériences stressantes enclenche dans le temps le phénomène de la somatisation (conflit émotif qui se transforme en trouble physique). Chez les personnes atteintes de fibromyalgie cela se traduit le plus souvent par un signal de douleur dans le corps.

Exemple : des abandons répétitifs par des personnes significatives.

Chez une personne atteinte de fibromyalgie, l’accumulation de cartes neurologiques distinctes (un seul évènement) et de cartes neurologiques répétitives (plusieurs évènements similaires) va finir par dérégler le système d’inhibition de la douleur.


Que se passe-t-il au niveau PSYCHOLOGIQUE ?

C’est par le fonctionnement des mémoires qu’on peut comprendre ce qui se passe au niveau psychologique chez les personnes atteintes de fibromyalgie. C’est le système de la mémoire à long terme qui nous l’explique.

Le fonctionnement de la mémoire à long terme est complexe. Cette mémoire contient de l’information vitale d’un point de vue psychologique. C’est elle qui retient les expériences du vécu et elle ne retient que les événements marquants à fortes charges émotives.

Au cours de son développement, la mémoire à long terme suit trois étapes :

1re étape : Sélection (mémoire épisodique)
Sont retenus  :

des événements à fortes charges émotives
Exemple a) : Un simple accrochage automobile ne sera pas retenu longtemps: par contre, un accident avec blessés graves et/ou morts sera retenu .

et/ou

des événements répétitifs à conséquences émotives importantes.
Exemple b) :« J’ai six ans, tous les vendredis soirs mon père sort et ma mère pleure. »

2e étape : Encodage (mémoire sémantique)
Sont encodés :

le détail des événements
Exemple a) : « Lors de l’accident cela goûtait le sang dans ma bouche, ça sentait l’essence, il y avait de la vitre partout et j’ai eu une forte pression au bras gauche. »

et/ou

le sens donné à l’événement.

Exemple b) : « Mon père ne respectait pas ma mère et tous les hommes lui ressemblent. »

Ces encodages forment des centres de tensions distincts qui, en langage psychologique, sont appelés « engrammes ». Ils correspondent à la création de cartes neurologiques tel que décrit précédemment dans la section Modèle neurologique.

3e étape : Ré-encodage (renforcement)(mémoire procédurale)

À chaque fois qu’une personne vit des événements similaires inter-reliés et/ou répétitifs, cela a pour effet d’augmenter l’intensité de chaque carte neurologique concernée (engramme). Cette réactivation déclenche le phénomène de la somatisation qui se traduit par un signal de douleur dans le corps, pour les personnes atteintes de fibromyalgie.

Exemple a) : « J’ai eu de nombreux accrochages automobiles. Maintenant, à chaque fois que j’embarque dans l’auto j’ai les mains moites, j’ai mal au cœur et les douleurs reviennent. »
Exemple b): « J’ai mal au ventre tous les vendredis soirs depuis mon enfance. »

LIEN ENTRE LES DEUX MODÈLES ET LA DÉMARCHE PSYCHO PHYSIO

On peut établir un parallèle entre les modèles physique et psychologique en constatant que les événements marquants affectent autant les circuits neuronaux que la mémoire à long terme.

Les traitements par résonance sonore utilisent des infrasons (basses fréquences) qui empruntent les mêmes circuits que ceux de la douleur. Ce faisant graduellement ils parviennent à désactiver les cartes neurologiques. En conséquence, la Technique d’Intervention par Résonance Sonore agit simultanément sur le physique (circuits neuronaux) et le psychologique (mémoire à long terme).

Désactivation physique : La Résonance sonore, en agissant sur les cartes neurologiques, inverse les mécanismes de douleurs et permet au système d’inhibition de la douleur de reprendre son plein fonctionnement.

Désactivation psychologique : la Résonance Sonore donne accès à la mémoire à long terme et permet d’établir les causes et l’origine de la maladie.

Ces processus expliquent pourquoi la démarche Psycho Physio réussit à guérir, dans la majorité des cas, la fibromyalgie.

Résumé :

  • Les expériences stressantes créent des cartes neurologiques
  • L'accumulation de cartes neurologiques (distinctes et répétitives) finit par dérégler le système d’inhibition de la douleur
  • La douleur se répand dans la masse musculaire et devient permanente
  • Seul la Technique d'Intervention par Résonance sonore peut inverser ce processus
  • Article collecté ce jour sur le site : 
  • http://www.guerirdelafibromyalgie.com
  • Copyright Psycho Physio International Inc. 2003-2010

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article