Rappel - Rapport de Charles-Joël MENKÈS (2010)

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

 Sur la demande d’une nouvelle orientation thérapeutique,

en rhumatologie, de la commune d’Allègre-les-Fumades (Gard)

 Bull. Acad. Natle Méd, 2010, Tome 194,  No 1, 153-156

 

Au nom de la Commission XII (Thermalisme et eaux minérales)
Sur la demande d’une nouvelle orientation thérapeutique, en rhumatologie, de la commune d’Allègre-les-Fumades (Gard) Charles-Joël MENKÈS*
 
Par lettre en date du 20 décembre 2008, la Direction Générale de la Santé sollicite l’avis de l’Académie nationale de médecine, en application des dispositions de l’article R 13 22-7 du code de la santé publique.
La commune d’Allègre est située dans le triangle des Cévennes, Ardèche et Camargue, à 18 Km d’Alès et 50 Km de Nîmes.

L’établissement thermal, Les Fumades, est agréé pour le traitement des affections respiratoires (ORL surtout), de la dermatologie et de l’odonto-stomatologie.

Cette commune a fait l’objet de deux rapports de l’Académie nationale de médecine.

Dans sa séance du 30 novembre 1999, après la présentation du rapport du professeur Etienne Fournier, un avis favorable a été accordé à l’exploitation de l’eau de captage des sources « Etienne » et « Romain ».

Le 27 février 2007, une demande de classement d’une partie de la commune d’Allègre-les-Fumades en station hydroclimatique a été rejetée, en assemblée générale, suivant les conclusions du rapport du professeur Claude Molina. En effet, les conditions d’exploitation et d’utilisation des eaux sulfurées et sulfatées calciques ne semblaient pas satisfaisantes.

La demande actuelle d’une extension d’indication est liée à la création d’un pôle Santé Bien Être, unissant les communes d’Allègre-les-Fumades et d’Alès, sous la forme d’un Syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU). L’obtention de l’indication « rhumatologie » est fortement souhaitée en raison de son pouvoir d’attraction complémentaire aux indications déjà reconnues.

L’eau utilisée, actuellement, provient d’un nouveau captage, à 132m de profondeur, nommé « Phénix », qui provient du même gisement que les sources « Etienne » et « Romain », mais avec moins de risques de contamination bactériologique, due à l’environnement.

Par arrêté 2008-77-14, le préfet du Gard a accordé une autorisation transitoire d’un an, avec surveillance bactériologique régulière.
 
Présentation de l’étude.
En tenant compte des recommandations de l’Académie nationale de médecine, [Communiqué : Bases méthodologiques de l’évaluation clinique thermale. Recommandations de l’ANM pour servir de critères à l’égard des demandes d’avis en matière de thermalisme. Claude Boudène, Patrice Queneau et Bernard Graber-Duvernay. Séance du 4 janvier 2006], le protocole et la mise en place de l’étude ont été confiés au professeur Jean-Luc BOSSON du CHU de Grenoble, qui est un spécialiste de la méthodologie et de l’interprétation statistique des essais cliniques, en collaboration avec le Centre d’Investigations Cliniques de Grenoble, après avis favorable du Comité d’Éthique.

Il s’agit d’une étude de cohorte prospective ouverte avec mesures répétées, monocentrique, pragmatique, sur l’établissement thermal des Fumades. Cette étude portant sur l’évaluation de l’effet thérapeutique avant et après une cure thermale a recruté des patients de la région, disponibles pour une cure thermale de 18 jours et un suivi de 6 mois, souffrant d’arthrose ou de toute pathologie rhumatismale touchant les membres inférieurs ou le rachis.

Le recrutement et le suivi des patients étaient assurés par un médecin généraliste d’Alès, le docteur Alain Aurèche, indépendant de l’établissement thermal et extérieur à la station.

Le calcul à priori du nombre de patients a été fait et pour un minimum requis de 100, 125 patients ont été recrutés avec 5 perdus de vue.

Le contrôle de qualité des données à l’inclusion, à 3 mois et à 6 mois a été assuré par le CIC de Grenoble. Toutes les données ont été saisies sur un cahier d’observation électronique et les 120 dossiers retenus ont été analysés en intention de traiter (ITT).

Le suivi était assuré par le médecin recruteur à 3 mois et à 6 mois. Il était complété par une auto-évaluation de la douleur par une échelle visuelle analogique (EVA), sous contrôle du CIC de Grenoble à 1,5 mois et à 4,5 mois.

Chaque patient recevait au moins quatre soins thermaux, conformément à la nomenclature de la Sécurité Sociale et aux traitements habituellement proposés.

Le critère de jugement principal était défini par une amélioration à 6 mois de l’indice fonctionnel WOMAC (Western Ontario and Mc Master Universities) d’au moins 9 points par rapport à la valeur initiale ou une diminution d’au moins 20mm de l’EVA douleur. Ces valeurs correspondaient au calcul du plus petit changement cliniquement pertinent.

Les objectifs secondaires étaient l’évaluation quantitative des EVA et des WOMAC avec comparaison des moyennes à l’inclusion et 6 mois, l’évaluation de la qualité de vie par le questionnaire global SF36, l’opinion du médecin et du malade sur une échelle semi-quantitative en 7 points, la consommation de médicaments et l’auto évaluation de la douleur toutes les 6 semaines.
 
Résultats
À 6 mois : 77/120 (64,2%) patients ont eu une amélioration cliniquement pertinente par rapport à l’inclusion, IC à 95% :54,9%-72,7%.

La comparaison de l’indice WOMAC à l’inclusion : 46,6 ± 7,7 et à 6 mois : 39±9,6 a montré une amélioration significative (p<0,01). Il en est de même pour la douleur qui est passée sur l’EVA de 59,7±19,8 à 36,6±21,3 (p<0,01) et pour l’évolution du SF 36.

L’opinion des patients allait dans le même sens : à 3 mois 110/120 (90,9%) se trouvaient mieux et à 6 mois 91/120 (75,8%).

Les pathologies à l’inclusion concernaient surtout les lombalgies chroniques (89,6%), l’arthrose du rachis (75,2%), la gonarthrose (56,8%), la coxarthrose (14,4%), l’arthrite (5/125 : 4%), la polyarthrite rhumatoïde (5/125 : 4%) et 1 cas de fibromyalgie.

Il y avait 27/125 hommes (21,6%), avec un âge moyen de 63,9±11 ans.

Le déroulement de l’étude peut être considéré comme satisfaisant mais les critères d’inclusion n’ont pas été vérifiés.

L’amélioration notée à 6 mois, avec une moindre consommation de médicaments, est conforme à ce qui est observé, par ailleurs, avec ce type de traitement.
 
Dans ces conditions, la Commission XII donne un avis favorable à l’extension d’indication à la rhumatologie, notamment les lombalgies chroniques, l’arthrose du rachis et l’arthrose des membres inférieurs.

Ceci sous réserve de la prolongation de l’autorisation du Préfet du Gard pour l’exploitation du nouveau captage Phénix.
*
*      *

L’Académie, saisie dans sa séance du mardi 19 janvier 2010, a adopté le texte de ce rapport à l’unanimité.

 

------------

 

Article collecté sur le site : 

http://www.academie-medecine.fr/detailPublication.cfm?idRub=26&idLigne=1766

 

Edité le 18 janvier 2013 par Evy, la blogueuse.

Publié dans Articles collectés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article