Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Morgan Freeman (acteur et fibromyalgique)

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

c

1. C’est bon de dire non.
J’ai passé la plus grande partie de ma vie à satisfaire tout le monde, c’est pourquoi j’ai rarement prononcé le mot «non». 
Il semble désormais que ce soit la seule réponse à toute question que vous me posez.
Non, c’était quelque chose qu’il n’a pas aimé.
J’avais envie de quitter les gens.
Apprendre à le dire et ne pas se sentir coupable était difficile.
J’ai réalisé que mon corps ne me permettait pas de faire ce que je voulais.
Ce n’est pas de ma faute et je ne devrais pas me sentir coupable.
Je ne suis plus volontaire ni inscrit à des événements ou des projets car je ne peux pas toujours remplir mes obligations. Je déteste rompre à la dernière minute, mais c’est parfois nécessaire.
J’ai parlé à ma famille et à mes amis pour qu’ils comprennent qu’il arrive que, pour des raisons de santé, je ne puisse pas faire ce qui est prévu.
Si vous ne le comprenez pas, c’est votre problème, pas le mien.

2. Tous les médecins ne savent pas ce qu’ils font.

Les médecins sont des gens ordinaires.
Ils font des erreurs. Ils ne savent pas tout.
Ils ont de mauvais jours et parfois ils prennent des décisions qu’ils ne devraient pas prendre.
Si je pense qu’un médecin ne comprend pas ce que je dis ou n’écoute pas, je le laisse là.
Il est temps pour un nouveau docteur. Obtenir un deuxième avis ou même un troisième n’est pas une mauvaise chose.
Si je ne me sens pas bien, je vais ailleurs.
Ma santé dépend de médecins bien informés qui prennent le temps de m’écouter.

3. Écoutez votre corps.

Je n’aime pas l’admettre, mais j’ai moi-même causé une partie de ma douleur et de ma souffrance.
Je n’ai pas écouté mon corps si j’avais dû.
Si j’ai très mal, je vais me reposer maintenant. Je ne me pousse pas comme je le faisais quand j’étais plus jeune.
Être en harmonie avec votre corps est l’un des meilleurs moyens de savoir quand une crise se prépare. J’ai des signes que je cherche.
Les maux de tête et les épaules sont souvent les premiers signes qu’une crise est imminente.
Je ne peux pas l’arrêter, mais je peux être préparé pour cela.

4. J’ai découvert qui sont mes vrais amis.

J’ai perdu des amis et ma famille à cause de ma maladie.
J’ai appris de la pire façon qui se soucie vraiment de moi.
J’ai renvoyé des gens parce que c’était mauvais pour ma santé d’être près d’eux.
Pourquoi est-ce que je veux faire face à la négativité et aux reproches?
Je préfère les gens qui me construisent, pas ceux qui me démolissent.

5. Je ne suis pas seul   

et vous ne l’êtes pas ! Quand j’ai commencé à montrer des symptômes, il n’y avait ni ordinateur ni Internet.
Nous avons maintenant le monde à portée de main.
Les groupes de soutien en ligne ont été une source d’amitié et d’amour.
Il y a tellement de gens dans le monde qui se sentent comme moi… Maintenant, j’ai des amis avec qui je peux exprimer mes sentiments, que je trouve être une purification.
J’apprécie les amis que je me suis fait en ligne.
J’ai rencontré d’incroyables guerriers fibromyalgiques qui m’ont appris plus sur cette maladie et ont également montré que je suis toujours intéressé!
Ma maladie ne me définit pas, mais elle a changé ma vie d’une manière que je n’aurais jamais imaginée.
Prendre le temps de vraiment réfléchir à ce que la fibromyalgie m’a appris m’a donné une nouvelle appréciation de la vie.
Voir comment j’ai évolué au fil des ans n’est pas aussi déprimant que je le pensais.
Bien que j’ai souffert physiquement et émotionnellement, c’est pourquoi je suis une personne plus forte.

Auteur : Morgan Freeman

Source : Facebook

<<< RETOUR

c

!  A T T E N T I O N  !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable,avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.  Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension.

_______________________________________________

Partager cet article
Repost0

Savez-vous où vont les mots que l'on ne dit pas ?

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

c

Image

Auteure : La Panthère Poétique

Page Facebook :  https://www.facebook.com/panthere.poetique/

c

<<< RETOUR

!  A T T E N T I O N  !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable,avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.  Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension.

_______________________________________________

TRAMADOL : Un risque accru d’hypoglycémie

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

c

 

Le tramadol, un opioïde largement utilisé pour traiter la douleur modérée à sévère est associé à un risque accru de glycémie très faible, voire d’hypoglycémie, confirme cette équipe de l’Université de Californie - San Diego. Des données présentées dans les Scientific Reports qui exonèrent les autres opioïdes largement prescrits, et certains médicaments « similaires » non opioïdes.

Depuis son approbation en 1995, le tramadol est devenu un médicament largement prescrit pour traiter l'arthrose et d'autres indications douloureuses, en partie parce qu'il présente un risque moindre d'effets secondaires et un de dépendance plus faible que d’autres opioïdes. Il fait partie des opioïdes et des médicaments parmi les plus fréquemment prescrits au pays. Cette fréquence de prescription a induit une hausse d’incidence des cas d'effets indésirables et donc une attention plus importante sur ces effets. Les chercheurs de San Diego montrent ici que les patients sous tramadol présentent un risque accru de développer une hypoglycémie ou une glycémie anormalement basse.

Un risque d’hypoglycémie 10 fois plus élevé qu’avec les autres opioïdes

Les effets indésirables déjà documentés - et qui sont des effets indésirables courants des opioïdes- du tramadol comprennent les vertiges, les nausées, les maux de tête et la constipation. Des événements indésirables plus sévères mais plus rares ont également été constatés, dont le syndrome sérotoninergique, caractérisé par un excès de sérotonine dans le système nerveux central, ainsi qu’un risque accru de convulsions.

 

Un lien « relativement » nouveau avec l'hypoglycémie car suggéré par des études de cas et des tests chez l’animal est confirmé par cette nouvelle étude. L’auteur principal Ruben Abagyan, professeur de pharmacie et son équipe ont analysé plus de 12 millions de rapports provenant des bases de données des déclarations des effets indésirables de l’Agence américaine FDA, déposées entre janvier 2004 et mars 2019 : « Nous souhaitions avoir une analyse objective des effets indésirables du médicament et avons abouti à un risque accru non répertorié et inattendu d’hypoglycémie sévère ».

 

L'hypoglycémie, souvent liée au traitement du diabète, peut également survenir chez les personnes non diabétiques. Une hypoglycémie non traitée peut entraîner des complications graves, telles qu'un dysfonctionnement neurocognitif, une perte de vision, un risque accru de chutes et une perte de qualité de vie.

 

Les autres opioïdes largement prescrits, et des médicaments similaires non opioïdes, tels que les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline ou les antagonistes des récepteurs NMDA ne semblent pas entraîner les mêmes risques d’hypoglycémie ou de glycémie anormalement basse. Seul le tramadol présente un risque significatif de développer une hypoglycémie. Ce risque d'hypoglycémie associé apparaît 10 fois plus élevé qu’avec pratiquement tous les autres opioïdes. La méthadone, un opioïde couramment utilisé pour aider les personnes à réduire leur dépendance à l'héroïne ou à d'autres opiacés, est le seul autre médicament à induire un effet comparable.

 

En conclusion, l’étude souligne une association entre le tramadol et l'hypoglycémie, une association qui devra être confirmée par un vaste essai clinique contrôlé randomisé, afin d’établir définitivement le lien de causalité.

 

Cependant, les auteurs souhaitent avertir d’ores et déjà les médecins de ce risque accru d’hypoglycémie (et / ou de niveaux élevés d’insuline), en particulier si le patient est prédisposé au diabète

 

Auteur :

Scientific Reports

 

Autre auteure : 

Santelog 

 

 

Source : 

https://www.santelog.com/actualites/tramadol-un-risque-accru-dhypoglycemie

 

c

 

<<< RETOUR

 

 

!  A T T E N T I O N  !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable,avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.  Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension.

____________________________________________________________

Partager cet article
Repost0