Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

oms

FIBROMYALGIE : la maladie de l'incompréhension envers les femmes

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

-=oOo=-

Vingt-cinq ans ont passé mais nous sommes toujours les mêmes. L’Organisation mondiale de la santé a reconnu la fibromyalgie comme une entité clinique intégrée dans la classification internationale des maladies, mais aujourd’hui, les patientes, parce qu’elles sont avant tout des femmes, ne peuvent pas être comprises par leur environnement, souvent à cause de leur médecin et la plupart de la journée au travail.

L’altération ou l’interruption de la structure ou de la fonction d’une partie du corps présentant des symptômes et des signes caractéristiques et dont l’étiologie et le pronostic peuvent être connus ou non, donne la conclusion d’un diagnostic de fibromyalgie qui conditionne nécessairement la vie de la femme pour au moins deux décennies.

La combinaison de multiples facteurs génétiques et épigénétiques qui conditionnent les altérations de la douleur, le stress et tous les symptômes qu’elle présente conduit à une détérioration émotionnelle de la personne en raison de son manque de crédibilité lorsqu’elle se présente du jour au lendemain.

La fibromyalgie présente un tableau douloureux sans étiologie organique connue, caractérisée par :

  • une douleur musculo-squelettique généralisée,
  • une sensibilité accrue à la douleur,
  • une raideur,
  • une fatigue,
  • une fatigue chronique,
  • une altération du sommeil,
  • un syndrome du côlon irritable,
  • une dépression
  • et des céphalées de tension.

 Cette maladie qui touche 75% des femmes et seulement 25% des hommes représente entre 2 et 3% de la population, ce qui donne à penser qu’en Espagne, au moins un million deux cent mille personnes en souffrent .

De la médecine interne à la psychiatrie, la patiente a généralement l’impression de ne pas être comprise par la communauté médicale qui la fait effectuer différents tests et tous, ou presque, ne présentent pas de symptômes cliniques.

 Cela suppose que, les symptômes étant communs à de nombreuses pathologies définies, il est impossible d’atteindre un diagnostic définitif et d’atteindre les systèmes digestif, cardiaque, pulmonaire, etc.

Certains médecins qui ne sont pas rhumatologues ne considèrent pas la maladie comme une entité à traiter, car tous les résultats sont normaux.

L’anxiété et l’incertitude, mises à part l’impuissance de la personne qui en souffre et qui n’est pas crue, poussent de nombreux patients à abandonner et à jeter l’éponge pour un tableau dépressif.

Les changements de mode de vie, le manque de motivation pour continuer, le manque de force ajouté à la douleur chronique rendent la résolution de ce problème très compliquée. Ce rhumatisme des parties molles du corps, évoqué il y a des siècles par la douleur et la raideur des muscles, a toujours été associé à la mélancolie ou à la tristesse.

En ce sens, il est nécessaire de signaler plusieurs agents déclencheurs pouvant causer la maladie et donc ces  douleurs aiguës. 

Ne pas pouvoir ou ne pas savoir comment gérer des situations compliquées et vivre une situation traumatisante telle qu’une séparation, la perte d’un être cher, le chômage, etc. peuvent déclencher une partie de la maladie, bien que certains cas aient fait leurs débuts après avoir su que le patient souffrez de polyarthrite rhumatoïde, de lupus érythémateux ou de spondylarthrite ankylosante.

Une fois que la maladie a été prouvée, les modifications neurobiologiques subies par les patients, ainsi que les modifications biochimiques du cerveau découvertes lors de tests, ont été considérées de la même manière. Avec les mots  «ça fait mal à tout», les patients se plaignent :

  • d'inconfort,
  • de malaise,
  • de brûlures, 
  • de raideurs,
  • de douleurs généralisées,
  • de picotements,
  • de fatigue constante,
  • de migraines,
  • de menstruations irrégulières,
  • d’intestin irritable,
  • de douleurs à la poitrine,
  • de raideurs matinales,
  • de troubles cognitifs,
  • de troubles de la mémoire,
  • de battements,
  • crampes,
  • vessie irritable,

entre autres symptômes.

L’expression de la maladie de la part des patients varie en fonction de l’âge et des circonstances personnelles car non seulement elle influence ce qui se passe, mais aussi comment elle l’apprécie et l’incompréhension ressentie ou non.

Ces douleurs souvent traduites en données interprétées faussement suggérant une dépression, une hystérie ou une hypocondrie, ne sont pas toujours comprises par l’environnement et la douleur entretenue au fil des mois peut déclencher des images psychiques d’une approche complexe menant inexorablement à une incapacité de travail absolue si elle n’est pas redirigée correctement, la douleur est gérée et un équilibre émotionnel est créé pour l’aider à y faire face.

Si vous êtes une femme et que vous ressentez plusieurs douleurs à la fois, des douleurs non spécifiques, une fatigue chronique et que vous avez entre 35 et 65 ans, consultez un rhumatologue pour tout évaluer ensemble et exclure tout problème de fibromyalgie ou de maladie rhumatologique.

Savoir ce qui se passe est le plus important dans cette pathologie qui nécessite environ trois longues années pour être diagnostiqué.

La maladie de l’incompréhension, sans doute, que beaucoup de femmes souffrent et que personne ne croit. Il s’agira d’une maladie chronique,  mais vous devrez apprendre à vivre avec les traitements prometteurs actuellement à l’essai.

Auteur : Healthilivingathome.com 

Source :  https://healthilivingathome.com/2019/02/10/fibromyalgie-la-maladie-de-lincomprehension-envers-les-femmes/

(vers la page d'accueil)

-=oOo=-

!  A T T E N T I O N  !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable,a vant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité.  Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension.

_________________________________________________________________________________

Partager cet article
Repost0

E.A.E.T. (pour Emotional Awareness and Expression Therapy)

Publié le par Entraide Fibromyalgie Ouest

____________________________________________________________________________

https://www.institut-reiki.com/wp-content/uploads/2017/12/fibromyalgie.jpg

oOo

La fibromyalgie est une maladie controversée en France. Reconnue par l’OMS depuis 1992, elle toucherait entre 2 et 5% de la population, en particulier des femmes d’âge moyen. 

Reconnue par l’OMS en 1992, la fibromyalgie, aussi appelée maladie de la douleur, a pourtant fait l’objet pendant de nombreuses années d’un important manque de communication. Le 29 août 2017, l’assurance-maladie a mis à disposition sur son site ameli.fr une fiche détaillant les symptômes et le diagnostic de cette maladie complexe. Un document officiel qui permet de rassurer les personnes victimes de cette pathologie qui devaient bien souvent se débrouiller par elles-mêmes pour trouver des informations sur Internet, parfois contradictoires ou totalement erronées.

LES SYMPTÔMES DE LA FIBROMYALGIE

Le symptôme principal de la fibromyalgie est la douleur chronique. Localisée au début, elle s’étend progressivement à l’ensemble du corps et provoque la sensation d’avoir “mal partout”. Les régions autour de la colonne vertébrale restent malgré tout les plus sensibles avec des gênes importantes au niveau de la nuque, des épaules, des omoplates, du bas du dos et de la hanche. Certaines personnes atteintes de la maladie parlent aussi de douleurs plus importantes au réveil ou en cas de position trop longtemps maintenue et d’une sensation de gonflement articulaire. Ces douleurs peuvent à la longue provoquer des troubles du sommeil, de la fatigue, de l’anxiété, des difficultés cognitives ou des troubles de l’humeur. Tout ce cortège de troubles rend ainsi la vie des malades très compliquée.

La maladie perdure pendant de nombreuses années durant lesquelles la douleur reste présente. Elle peut toutefois être soulagée par des traitements et a tendance à s’atténuer à partir de la soixantaine.

La fibromyalgie est une maladie délicate à diagnostiquer à cause de l’imprécision des critères diagnostiques et on doit donc procéder par élimination : elle n’est retenue que lorsque toutes les autres maladies potentiellement responsables de douleurs chroniques généralisées ont été écartées. Cependant et à ce jour, aucun examen de laboratoire ou radiologique ne permet d'affirmer le diagnostic.

LES TRAITEMENTS EXISTANTS

Des traitements médicamenteux

Il n’existe aujourd’hui aucun traitement permettant de guérir la maladie, simplement des médicaments qui peuvent soulager les symptômes. Parmi les plus utilisés, on retrouve les antidépresseurs tricycliques ou sérotonine/noradrénaline, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ou encore l'anticonvulsivant Lyrica.

Des traitements non médicamenteux

La fibromyalgie nécessite un traitement pluridisciplinaire et une prise en charge physique et psychologique. “La personne atteinte de fibromyalgie est désormais considérée dans sa globalité” explique le Dr Renevier. Les médicaments ne doivent pas être l’unique réponse à la douleur et de nombreux spécialistes doivent intervenir pour suivre les personnes touchées. Parmi les personnes en charge de ce suivi, on retrouve le médecin traitant qui fait passer les premiers examens et coordonne les soins, le rhumatologue qui se chargera du traitement des douleurs musculaires, osseuses et articulaires, le kinésithérapeute qui va aider le patient à réapprendre à bouger et à intégrer l'exercice physique dans son quotidien et enfin le psychologue qui va accompagner le malade grâce à une thérapie.

Cette approche pluridisciplinaire se développe ainsi dans des centres anti-douleurs ou de rééducation fonctionnelle. Les médecines douces comme l’oligothérapie, la phytothérapie, l’acupuncture ou encore l’hypnose peuvent aider les personnes atteintes de fibromyalgie à mieux appréhender la douleur. Enfin, certaines nouvelles thérapies permettent elles aussi d’obtenir de bons résultats.

UNE NOUVELLE THÉRAPIE MISE AU POINT

Récemment, une nouvelle thérapie a vu le jour, mise en place par Howard Schubiner, directeur du Mind-Body Medicine Program de l'hôpital Providence de Southfield (Michigan, États-Unis), et obtiendrait des résultats intéressants. Nommée EAET (pour Emotional Awareness and Expression Therapy), elle a fait l’objet d’une publication de résultats d’étudedans la revue médicale Pain et présenterait des bénéfices quant au traitement de la douleur en amenant les patients à parler d’expériences émotionnelles liées à des traumatismes ou des problèmes relationnels.

Afin d’évaluer l’efficacité de cette nouvelle méthode thérapeutique, l’étude clinique a été menée sur une cohorte de 230 patients atteints de fibromyalgie. Ils ont ensuite été divisés en trois groupes :

Le premier groupe a suivi la nouvelle thérapie EAET

Le deuxième groupe a fait l’objet d’une intervention d’éducation de gestion de ses symptômes

Le troisième groupe a suivi une TTC (thérapie cognitivo-comportementale) qui est l’approche psychologie généralement utilisée dans le cadre du suivi de la fibromyalgie

Les résultats de l’étude sont assez parlants : 35% des patients ayant suivi la thérapie EAET ont déclaré se sentir en meilleur forme à la fin du programme contre seulement 15,4% au sein du second groupe et ils ont également été plus nombreux à constater une forte diminution de la douleur que dans le groupe de thérapie cognitivo-comportementale.

LA RECHERCHE CONTINUE

En Israël, des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv ont travaillé avec l’équipe américaine de l’Université Rice afin d’améliorer l’état de personnes souffrant de fibromyalgie et ont réussi à localiser la source de la maladie dans le cerveau. Le Dr Efrati, directeur du Centre de médecine hyperbare du Centre médical Assaf Harofeh, et professeur à l’Ecole des Neurosciences de l’Université de Tel-Aviv, a ainsi déclaré que son équipe avait “localisé la source de la maladie, et prouvé que la fibromyalgie est essentiellement due à une atteinte du mécanisme de traitement de la douleur dans le cerveau. Le traitement en caisson hyperbare s’attaque à la racine du problème et répare le tissu cérébral endommagé, c’est pourquoi il est si efficace. Peut-être pourrons-nous même dans l’avenir la diagnostiquer sur la base de caractéristiques observables dans la cartographie du cerveau”.

LES SOINS PRODIGUÉS DANS LES CENTRES SPÉCIALISÉS

Avec la reconnaissance de la fibromyalgie par l’assurance-maladie, de nombreux documents officiels ont été mis en ligne et permettent de dénicher des informations utiles. Ainsi, le site du Ministère des Solidarités et de la Santé propose une liste des Structures Spécialisées dans les Douleurs Chroniques classées par département. Enfin, les patients peuvent aussi suivre des cures thermales afin de mieux supporter la douleur.

Auteur : Clément Kolodziejczak

Source : https://www.mmmieux.fr/fibromyalgie-ou-en-sont-la-recherche-et-les-traitements

oOo

!   A T T E N T I O N   !

Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur notre blog, le sont à seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n'engage que leur auteur. Nous n'avons pas la prétention de connaître "la vérité" et ne faisons que véhiculer l'information. Les différents produits, techniques et méthodes de soulagement, voire de guérison ont des effets différents ou des effets secondaires, selon les individus. Il est indispensable, avant d'opter pour une des solutions proposées, de s'en remettre à son médecin ou à un thérapeute habilité. Ne prenez jamais un produit connu ou nouveau, quel qu'il soit, sans l'accord express d'une personne compétente en la matière. Il peut y avoir des interactions entre votre traitement habituel et tout nouveau produit peu ou mal connu. Merci de votre compréhension. 

Partager cet article
Repost0